On ne vous apprendra rien si on vous dit qu’il est important de réussir à motiver vos collaborateurs pour les pousser à donner le meilleur d’eux même. Evaluer votre politique QVT est un premier pas pour vérifier l’engagement et la motivation de vos salariés (qui conditionnent la réussite financière de l’entreprise). 

Voici quelques signes avant coureurs qui indiquent que votre politique QVT est à revoir pour minimiser le risque de baisse de motivation et de productivité de vos équipes.   

 

1. Des problèmes de santé récurrents 

Si vos salariés souffrent de problèmes de santé, alerte rouge ! C’est l’un des premiers signes que votre politique de qualité de vie au travail n’est pas assez performante. Qui dit mauvaise santé, dit moins d’energie, de concentration et de motivation. Gare au désengagement et à la hausse de l’absentéisme et des congés maladie. 

Les problèmes de santé peuvent affecter les salariés et les membres de leur famille. Ce qui affecte également leur productivité. En effet, il est normal de se sentir plus faible voire découragé lorsque nous sommes malade. Qui n’a jamais été collé au lit avec une bonne grippe, et incapable de faire quoi que ce soit à part dormir ? 

Si il s’agit de maladie plus graves ou de problèmes récurrents, vous devez faire en sorte de le savoir et de faciliter la vie de vos salariés le temps de leur convalescence ou de celle du proche concerné. Assistance médicale, horaire flexible, service d’écoute et de conseils sont autant de dispositifs à mettre en place pour aider au mieux vos collaborateurs à surmonter ces moments difficiles.  

 

2. Le manque de reconnaissance professionnelle et de perspectives d’évolution

Tout travail mérite salaire, mais aussi reconnaissance ! Un manque de reconnaissance professionnelle est une des premières causes de démotivation. Cela peut se produire, par exemple, lorsqu’on leur demande à plusieurs reprises d’effectuer les mêmes tâches. Une partie du poste est évidemment conditionnée par des missions chronophages, mais lorsque qu’il n’y a plus de challenge ou de nouvelles opportunités, les salariés peuvent se sentir découragés.

Des études ont montré que 26,3% des professionnels âgés de 43 à 49 ans considèrent que le manque de reconnaissance professionnelle est le principal facteur de découragement au travail. Les professionnels âgés de 21 à 28 ans (22,8%), 29 et 35 (18%) et 36 et 42 (19%) partagent également cette opinion.

Afin d’inverser ce scénario, les dirigeants doivent évaluer les points clés suivants :

  • Accroître les opportunités au sein même de l’entreprise
  • Récompenser les salariés ayant de bonnes performances (remerciements, primes)
  • Proposer à certains employés de rejoindre un projet, de diriger une équipe ou d’effectuer toute autre activité.
  • Mettre en place un programme de mobilité interne
  • Evaluer régulièrement les performances de chaque employé

 

3. Une mauvaise ambiance 

Qui a envie de se rendre tous les jours dans un lieu où règne une ambiance digne d’un cimetière ? Personne. Les dirigeants doivent être à l’écoute de ce type de remontées. Dans certains cas, une mauvaise atmosphère au travail est créée par un seul employé en raison de ses problèmes personnels. Dans ce cas, les managers et/ou les collègues peuvent même l’aider en lui parlant, en essayant de lui faire changer les idées, ou en trouvant des sujets de motivation.

L’entreprise peut également être la source de cette mauvaise ambiance. Des alternatives existent pour redonner un nouveau souffle comme : réorganiser le lieu de travail pour le rendre plus accueillant et joyeux, mettre à disposition de nouveaux meubles, des couleurs  dynamiques sur les murs, des espaces vert. Le service RH peut être très utile pour proposer et élaborer de telles initiatives.

 

4. Mécontentement des salaires et des avantages sociaux

Les salaires et les avantages sociaux restent deux raisons importantes de motivation chez vos collaborateurs. Les salaires bas ou inférieurs aux attentes conduisent à l’insatisfaction. Il est donc important, avant chaque embauche que le futur salarié s’informe sur les avantages offerts par l’entreprise et sur les grilles de salaires.

Pour beaucoup de salariés, avoir une augmentation de salaire est considérée comme une reconnaissance professionnelle. Mais il n’est pas toujours possible de répondre aux attentes de chacun. Il est donc important que le dirigeant rémunère chaque employé au mérite et programme des augmentations de salaires régulières (annuellement par exemple).

 

5. Un silence de plomb 

Une équipe qui travaille dans un silence continu est signe d’une communication difficile. Travailler en silence ne favorise pas les échanges, le partage des idées, les interactions entre les équipes et empêche la cohésion d’équipe et donc la maximisation des résultats.

Un environnement de travail sain s’accompagne souvent de dialogues, de plaisirs, d’échanges d’idées et de partage. Une bonne communication interne par les managers ou la direction entraîne une bonne dynamique des équipes. Le manque d’information ou de dialogue avec la direction, réduit considérablement la motivation et la qualité de l’environnement de travail.

 

6. Baisse de productivité

C’est le piège d’une trop bonne entente dans les équipes. Trop de discussions, de distractions ou d’amusements  interfèrent sur la bonne productivité des tâches quotidiennes.

Si les employés ne sont plus intéressés par leurs missions, et consacrent plus de temps à la distraction, c’est peut-être parce qu’ils n’ont plus de motivation pour travailler. Il est donc important d’agir en essayant par exemple de comprendre la raison ce comportement au travail, et de déterminer si c’est un problème individuel ou collectif.

 

7. Des réunions qui démarrent toujours en retard

Si les réunions commencent toujours en retard parce que la plupart des employés arrivent en retard, il est important de s’en préoccuper. S’ils ne respectent plus leurs engagements, cela signifie qu’ils ont perdu de l’intérêt pour leur entreprise ou même pour leur travail. Attention, on parle ici de retards récurrents, pas du retard exceptionnel du aux grèves de transport ou à une panne de réveil.

 

8. Une fuite des cerveaux 

Si les salariés les plus compétents et qualifiés quittent l’entreprise, c’est qu’ils ne sont plus motivés par leurs missions ou manquent de reconnaissance professionnelle. Perdre de bons éléments peut être très nuisible pour votre entreprise. Il est de la responsabilité du service RH et des managers d’éviter le départ des meilleurs talents. Pour y remédier, il faut commencer par identifier la ou les raisons du départ.

Des leviers existent pour retenir ces talents dans votre entreprise. Vous pouvez par exemple proposer une meilleure rémunération, un aménagement du temps de travail, des bonus complémentaires, ou tout simplement des missions différentes, ou une reconversion au sein de l’entreprise….

 

 

Avez-vous déjà remarqué ces signes dans votre environnement de travail ? Que diriez-vous d’évaluer les avantages proposés dans votre entreprise ? N’hésitez pas à partager vos expériences et commentaires avec nous !

Suivez Gympass sur LinkedIn pour découvrir toute l’actualité RH.

(Visited 105 times, 1 visits today)

Comments

comments

This post is also available in: América Latina (MX, CL, AR) Brasil Deutschland España Italia Nederland United Kingdom United States