Interview de Cécilia Guillot – CM & CHO chez Publicis

Dans cette démarche de mieux comprendre ce qu’est la QVT et sur les enjeux qui l’inspirent
à l’échelle des entreprises, j’ai eu la chance de rencontrer Cécilia Guillot.

Cécilia, au-delà d’être une personne pétillante et passionnée, est CHO et Community
Manager chez Publicis sur le Campus ultra moderne de Bastille qui regroupe 1800 salariés
en 5 bâtiments.

Sa mission ? Créer du lien entre les différentes agences qui constituent Publicis et faciliter
la communication du groupe. Si vous la cherchez, vous la trouverez sans nul doute dans la
Place des Génies, lieu de vie et de partage au décor mi industriel / mi « google ».

QVT

Sa particularité ? Elle est un « prestataire extérieur » de Publicis c’est-à- dire qu’elle
intervient chez Publicis par l’intermédiaire de Havegooday, une entreprise qui accompagne
ses clients dans l’amélioration de la qualité de vie de leurs collaborateurs.

1. Pour vous qu’est-ce que la QVT ? Comment la définiriez-vous chez Publicis ?

QVT = Créer du lien ET de « positive vibes » entre les salariés, qui aident à
l’épanouissement de chacun sur le lieu de travail, et qui se ressent sur l’atmosphère
générale.

Je pense que la qualité de vie au travail se définit comme la création et l’entretien d’une
atmosphère de travail où les salariés se retrouvent, se rencontrent, et ont le sentiment de
faire partie d’un « tout ». C’est d’ailleurs la raison d’être de cette Place des Génies,
puisqu’elle offre aux différentes agences de Publicis un unique lieu commun pour se
retrouver.
De plus, le fait que je vienne d’une agence externe, assure la neutralité de mon poste et
diminue les risques de conflits inter-agences.

2. Pourquoi la qualité de vie au travail ? Quels sont les principaux objectifs et enjeux de Publicis à ce niveau ?

“Power Of One, ou la volonté de casser les murs entre les différentes agences pour
mieux répondre aux clients”
HaveaGoodDay a répondu à un appel d’offre de Publicis fin 2016. Sur ma première année,
j’ai eu pour objectif de rencontrer les acteurs internes des différentes agences (Dirigeants,
RH, CE etc.) afin de faire un état des lieux. L’idée était d’établir un plan d’action 2017 à partir de cet état des lieux, tout en restant aligné avec les envies du groupe et sa stratégie
long terme.

« Power of One »
Le Groupe Publicis a transformé depuis quelques années son modèle économique et son
organisation afin de placer le client au coeur de ses actions. Dans ce contexte de
décloisonnement, j’ai été missionnée pour impulser la création de liens et d’interactions.

3. Des exemples de programmes / initiatives /événements ? Quels sont les piliers essentiels ?

J’ai mis en place beaucoup d’événements et d’initiatives inter-agences, pour beaucoup
autour du sport, du bien-être et de l’art.
Pour cela j’ai fait appel à des partenaires extérieurs comme Hello Mojo qui organise entre 3
et 5 fois par semaines différentes séances sur le Campus Bastille. Boxe, Pilate, Hypnose,
Yoga et Sophrologie. Les salariés ont tous les jours accès à une activité. C’est bon pour le
corps, mais aussi networker ! En terme d’organisation, c’est simple puisque les salariés
n’ont qu’à prendre une carte d’abonnement trimestriel, et que tout se passe sur le campus.
J’organise régulièrement les Apéro du Campus dans la Place des Génies autour de
différents thèmes. Vernissage photo, célébration musicale ou anniversaire du campus, les
salariés de toutes les agences peuvent se retrouver pour échanger dans un cadre détendu
et convivial.

4. Et d’où vient le budget pour réaliser votre plan d’action ?

J’ai peu de budget attribué. C’est la raison pour laquelle j’établis des partenariats. Un
évènement a été sponsorisé par plusieurs agence : l’Apéro du Campus.

D’autre part, le fait d’intégrer des partenaires extérieurs comme Hello Mojo ou encore
Repair and Run me permet de proposer à la communauté Bastille des événements et
actions de qualité et cela à moindre coût.
J’ai également construit des partenariats avec la MPAA, et je communique par Facebook
(Groupe “Campus Bastille”) et par mails sur les actualités du mois. Et bien sûr, vu que je
suis toujours dans une des pièces communes du Campus, il est facile de venir me voir
directement pour me proposer des idées d’événements ou de partenaires.
Quand on y réfléchit, le fait que les différentes agences participent à financer ou à créer des
événements, est aligné avec le leitmotiv “Power of One”. Au lieu de se concentrer sur la vie
interne, les agences sont incitées à s’ouvrir davantage les unes sur les autres et à adopter
une dynamique de partage.

5. Aujourd’hui, comment mesurez-vous l’impact de vos actions ? Et avec quels outils ?

Mon objectif n’est pas de faire baisser l’absentéisme ou le turn-over. Puisque je suis en
charge de créer du lien, je ne peux pas mesurer ces actions avec des outils traditionnels.
Cependant je peux suivre l’évolution de l’implication des collaborateurs et les retombées
ponctuelles. Quand j’organise une collecte de jouet à Noël et qu’elle passe de 5 à 14
cartons d’une année sur l’autre, c’est une preuve ponctuelle de l’efficacité de ma
communication et de mes initiatives auprès de la communauté Publicis Bastille.
Ajouté à cela, des initiatives internes à chaque agences existaient déjà avant mon arrivée,
et aujourd’hui certaines actions s’ouvrent sur le groupe dans sa globalité. C’est le cas des
Kind People qui se réunissent une fois par mois pour organiser des événements pour la
communauté.
Ils ont par exemple organisé un tournois de babyfoot interagences sponsorisé par Heineken
et France Football. A cette occasion et pour allier l’utile à l’agréable, Publicis Group a aidé
à une campagne offerte par France Football pour Action contre la faim.

En résumé, le bien-être au travail et de qualité de vie se définissent différemment en
fonction des entreprises, des niveaux et des stratégie globale. Un grand merci à Cécilia
pour ses réponses.

Découvrez comment choisir un programme efficace de qualité de vie au travail avec notre e-book, ici.

(Visited 164 times, 1 visits today)

Comments

comments