On entend souvent parler de la QVT (Qualité de Vie au travail). Hashtags sur Twitter à tout va et articles à n’en plus savoir où donner de la tête. Tout cela crée un méli-mélo d’idées préconçues sur une tendance, certes populaire, mais en fin de compte mal connue !

Nous avons donc fait appel à deux spécialistes de la QVT, Aude Amarrurtu (Head of People & Culture Development chez ITELIOS) et Géraldine Magnier (Formatrice de Qualité de Vie au travail). Elles ont accepté de répondre à 7 questions pour nous éclairer sur ce qu’est réellement la Qualité de Vie au Travail et sortir des clichés auxquels nous sommes tous les jours exposés.

 

Qu’est ce que la qualité de vie au travail ?

Géraldine, coach en QVT a une approche très direct : “Dans Qualité de Vie au Travail, il y a avant tout le mot Travail”. Il ne faut pas oublier que toutes les démarches de QVT sont avant tout mises en place pour améliorer la qualité du travail des salariés. Il ne s’agit évidemment pas de mettre un babyfoot et un toboggan coloré pour créer une ambiance favorable à la performance.

Bien entendu, un des aspects dès la QVT passe par la création d’un environnement de travail agréable et ergonomique. Mais comme le souligne Aude, il ne s’agit que de la partie la plus visible (et “markettée”) de l’iceberg.

La QVT est souvent liée à la création d’environnement de travail “cool”, proche de ce que l’on imagine de l’ambiance start-up. Aménagement d’espaces de détente, bureaux ergonomiques, décoration travaillée. C’est en réalité plus profond que cela.

La QVT s’intéresse à une manière de travailler plus saine, qui va motiver les salariés. La démarche QVT, c’est créer un environnement de travail stimulant, où on se sent accompagné et protégé au jour le jour, qu’il s’agisse de protection sociale, physique, intellectuelle ou managériale.  

 

Pourquoi la QVT ?

Selon Aude, la QVT doit avant tout servir à se poser des questions. La première étape d’un projet QVT est de se demander “Qu’est ce qui définit la qualité de vie au travail ? ” et surtout “en tant que salarié, quelle place a le travail dans ma vie ?”.

Cela demande un réel travail de fond, d’écoute, et d’échange entre managers et employés. L’organisation d’ateliers de créativité ou de sessions de Brainstorming avec les salariés font ressortir énormément d’informations sur les besoins réels.

La Qualité de vie au travail est non seulement un gage de performance pour Aude. Elle est aussi un moyen de regrouper sous un même terme tous les aspects qui vont définir le bien-être des salariés dans leur cadre de travail et d’institutionnaliser les démarches :

  • Aménagement des locaux. Qu’il s’agisse d’open-space pour favoriser le travail collaboratif, d’une salle de sieste ou de la décoration, l’idée est de créer un espace agréable reflétant les valeurs et l’esprit de l’entreprise.
  • Santé. Semaine de la santé, sensibilisation aux troubles musculosquelettiques, lutte contre la sédentarité (bureau debout), équipement ergonomique, mise à disposition de fruits frais et de snack “healthy”.
  • Travail. Équilibre pro/perso, respect des vacances et week-end, développement du télétravail, management et gestion de carrière.
  • Récréatif. C’est typiquement le fameux “Work hard, play hard”. Il s’agit des initiatives extra-professionnelles. Les soirées organisées, les activités (création d’une équipe de de sport), les moments de rencontre et de partage (dégustation de vin, pique-nique familiale, running en soirée), l’idée étant de découvrir ses collaborateurs différemment.

 

Quels enjeux de la QVT ? Des exemples de programmes ?

Tout l’enjeu d’une démarche QVT est de répondre aux besoins des salariés.

Géraldine utilise l’exemple d’une entreprise qu’elle accompagne depuis maintenant quelques années. Managers et salariés se plaignaient du nombre important d’emails reçus chaque jour. Il a donc été décidé qu’une journée par mois serait dédiée à la communication sans email (non obligatoire). L’objectif était de sensibiliser les employés à l’utilisation d’autres moyens de communication. Certaines équipes ont joué le jeu, mais beaucoup d’employés ont été réfractaires à cette initiative (l’email, c’est la vie en entreprise). Cette initiative QVT, répondant à un besoin initialement formulé, a été vu comme un changement trop important par la majorité des salariés.

Répondre à un besoin peut induire des changements que les employés ne sont parfois pas prêts à accepter.

Pour Aude et Géraldine, encourager la pratique du sport est un des principaux piliers d’un programme de qualité de vie au travail. Cependant, l’aspect juridique de la pratique du sport au travail est un vrai casse-tête chinois en France. Beaucoup d’entreprises n’ont pas les ressources suffisantes (qu’il s’agisse de temps ou d’argent) pour installer des infrastructures sportives au sein de leurs locaux.

C’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle Aude et Itelios travaillent maintenant avec Gympass : l’entreprise subventionne un pass permettant aux salariés d’accéder à plus de 1500 salles partenaires, partout en France. Gympass est une solution flexible et complète qui permet aussi de venir palier la dispersion géographique de certaines entreprises, et d’offrir aux salariés les mêmes avantages peu importe où ils sont.

 

Comment lancer une démarche de QVT ?

Comme énoncé un peu plus haut, la première étape est un travail collaboratif de réflexion sur les réels besoins et les objectifs. Cela demande beaucoup de temps car il est essentiel de définir un périmètre d’action, afin de focaliser l’intervention.

Pour Aude, la proximité est la clef. Il n’y a pas UNE démarche QVT universelle pour tout le monde. Par exemple, Itelios possède 3 sites à Paris, Lille et Mâcon. Chaque site possède un budget QVT. A Paris le budget est utilisé pour faire une sortie une fois par mois, Lille garde ce budget pour faire un grand événement par an, et Macon fait beaucoup plus de petits événements toutes les semaines. Chaque site à une manière différente de gérer sa démarche QVT.

Initier une démarche QVT, c’est prendre conscience de la diversité des besoins en amont, afin de créer un plan d’action adapté.

 

Comment mesurer la QVT ?

Comme tout projet mené, le budget accordé par la direction pour la qualité de vie au travail doit avoir un ROI. Quels en sont les indicateurs ?

Aude est intimement convaincue que la QVT est un investissement rentable pour l’entreprise. Elle constate que les démarches QVT diminuent le nombre d’arrêts de travail, l’absentéisme et augmente la productivité.

Les initiatives QVT ont aussi cet avantage de fidéliser les employés, toutes générations confondues, ce qui permet aussi de faire des économies de recrutement. Elle remarque que depuis qu’Itelios a cette mention de “Great Place to Work”, les candidatures spontanées fusent.

Elle constate aussi une motivation accrue. Lorsque’il y a une urgence projet exceptionnelle et qu’il faut travailler plus tard, ou le week-end, force est de constater qu’il est plus facile de mobiliser les équipes.

En dehors des indicateurs RH, Géraldine évoque aussi l’utilité des questionnaires. Ils servent non seulement pour mettre en évidence les besoins, mais aussi à suivre l’efficacité des programmes de QVT et les ajuster quand cela est nécessaire. La Qualité du travail, c’est comme tout, c’est du Test&Learn ! 

 

Quel lien entre QVT et RPS (Risques Psycho sociaux) ?

En lien avec les indicateurs de performance, Géraldine et Aude sont d’accords pour dire qu’une démarche de qualité de vie au travail est étroitement lié à la prévention des risques psycho-sociaux. Qu’il s’agisse d’absentéisme, de micro-présence, d’accidents du travail, ou de baisse de productivité, les démarches QVT et RPS sont mesurées sur les mêmes indicateurs.

La différence est que la QVT est démarche de prévention plus optimiste et pragmatique, complémentaire avec la prévention des RPS.

Aude précise que l’accompagnement de proximité permettent de lever les alertes assez tôt pour traiter efficacement les RPS.

Toutefois, une démarche de QVT peut aussi accentuer les RPS lorsqu’elle est mal gérée. Aude a déjà vu des cas de salariés ayant tendance à trop en faire, et cela en raison de leur attachement et de leur fidélité extrême à l’entreprise. Non-respect de leurs vacances, de leurs week-ends, et des horaires. Autant de comportements qui viennent finalement nuire à l’équilibre vie privée / vie professionnelle.

Elle a souvent constaté qu’il s’agissait de jeunes salariés, se laissant prendre par l’opérationnel : “ je prendrai mes vacances plus tard”… Puis plus tard, puis plus tard et en fin de compte jamais.

 

Et la place des managers dans tout ça ? 

Aude positionne les managers comme des gardes fous de la qualité de vie de leurs salariés. Ils sont les premiers à pouvoir insuffler des pratiques mais aussi détecter les comportements “déviants” et lever les alertes.

Pour Géraldine, former les managers à la QVT et les accompagner est primordiale. Elle est convaincue que la qualité de vie au travail passe par la construction d’un environnement sain à petite échelle. C’est-à-dire dans un périmètre géographique de 10 mètres.

La qualité de vie se construit au quotidien. Le fondement réside dans la politesse (Dire bonjour, merci, s’il vous plaît), la bienveillance, l’écoute et l’empathie. C’est le b.a.-ba de tout bon management.

La qualité de vie c’est un travail au jour le jour. Il ne sert à rien de donner accès à une salle de sport ou d’organiser de grands événements si la vie quotidienne des salariés est remplie de petites pics et d’incivilités. Comme le dit Géraldine “pour un événement négatif, il en faut cinq positifs pour contrebalancer”.

Le manager a un rôle d’exemple, d’accompagnateur et de modérateur. Il doit véhiculer et intégrer ces valeurs dans la vie quotidienne de l’entreprise. Recruter les bons profils de managers, et les accompagner en fonction de leurs besoins est essentiel. Gestion du temps, gestion du stress, management à distance, gestion des conflits … autant de thématiques sur lesquelles les managers ont besoin d’accompagnement et de formation.

 

Un grand merci à Aude et Géraldine pour leurs réponses et leurs points de vue. Si vous avez aimez cet article, n’hésitez pas à partager et à donner vos avis sur les réseaux sociaux !

Si vous souhaitez voir de nouvelles thématiques abordées ou si vous avez des questions, n’hésitez pas à m’envoyer un email !

A très vite,

Pauline

(Visited 84 times, 1 visits today)

Comments

comments