Le télétravail n’a pas pas toujours eu la cote auprès des employeurs. Souvent décrié par ses détracteurs partisans de modes de travail plus classiques, il a longtemps fait l’objet d’un encadrement très rigide. Jusqu’à la nouvelle ordonnance du gouvernement, le télétravail régulier devait obligatoirement apparaître sur le contrat de travail et être encadré par une charte spécifique.

 

Réglementation en vigueur, piqûre de rappel

Aujourd’hui, la nouvelle législation fait tomber toutes les barrières en permettant à une entreprise de négocier librement avec ses salariés en dehors de tout cadre collectif pour instaurer des jours de télétravail. Très en retard sur plusieurs de ses collègues européens, la France, grâce à ses nouvelles ordonnances, démocratise la pratique du télétravail, encore trop peu utilisé.

Un pari qui peut être gagnant-gagnant pour le salarié et l’employeur

Le pari de la démocratisation du télétravail peut s’avérer être gagnant-gagnant pour les différentes parties prenantes.

Du côté du salarié, l’autonomie (90%), l’équilibre de vie et la productivité (87%)* reviennent en majorité lorsqu’on les interroge sur les avantages du télétravail. Les employés évoquent également une plus grande sérénité, une diminution du stress ainsi qu’un épanouissement plus abouti dans leur vie professionnelle et personnelle.

Du côté des dirigeants, ces sentiments de bien-être et d’épanouissement sont synonymes d’une meilleure motivation et d’un engagement plus complet de leurs employés à 85%*. Une motivation d’autant plus renforcée que les salariés perçoivent avec le télétravail une volonté de la part de l’employeur d’améliorer la qualité de vie au travail et de satisfaire leurs besoins. Les dirigeants constatent donc un engagement croissant des salariés dans leur activités, et bénéficient en plus d’une meilleure image en offrant des avantages sociaux.

Économiquement, le télétravail fait sens, avec un absentéisme en baisse, et une hausse de la productivité.

Une dispersion des collectifs de travail, et des difficultés de management liées à la distance

La multiplication des espaces de travail est risquée pour l’entreprise. L’atomisation des collectifs avec le télétravail et la nécessité d’une cohésion renforcée ne font pas bon ménage. En effet, 65% des employés constatent une détérioration de l’esprit d’équipe, avec pour cause le télétravail, mais aussi et surtout les évolutions globales des modes de travail. Facilitées par la révolution du numérique, la flexibilité et l’itinérance professionnelle voient leur popularité augmenter. Plusieurs outils et méthodes de management se développent pour pallier à l’isolement des travailleurs et ainsi renforcer une collectivité morcelée.

Malgré cet accompagnement au changement, les employeurs restent confrontés à la difficultée du management à distance et à la mise en place d’un contrôle conjoint des actions et comportements.

La face cachée du télétravail

Télétravail est souvent synonyme de réduction des risques de burn-out notamment avec la diminution de la fatigue liée aux transports et la possibilité d’aménager plus facilement son temps de travail. Ce que l’on ne s’imagine pas en revanche, c’est que le télétravail peut induire l’exact opposé.

A ce sujet, le rapport conjoint de l’OIT et Eurofound met en avant des états de stress lié au travail bien plus élevés chez les employés mobiles (41%), que chez les employés travaillant au bureau (29%). De plus, l’étude observe chez les télétravailleurs un allongement du temps de travail dû à l’utilisation omniprésente du smartphone. Aussi, 75% des employés avouent travailler durant leur temps libre lorsqu’ils consultent leur messagerie professionnelle.

Cette tendance est d’autant plus accentuée par le télétravail puisqu’il rend plus difficile la séparation entre vie professionnelle et vie privée.

Des solutions existent et la France est d’ailleurs loin d’être à la traîne. En effet sa législation poussée sur le droit à la déconnexion est souvent citée en exemple. Certaines entreprises mettent en place des mesures fortes comme le blocage d’envoi ou de réception d’e-mail en dehors des heures de bureau ou pendant les congés.

*chiffres issus du rapport de l’OIT et Eurofound

(Visited 155 times, 1 visits today)

Comments

comments